L'ABéCéDaire - Editions L'Édune


QuelQUes PAges

M comme Martin Jarrie M comme Martin Jarrie M comme Martin Jarrie

+d'infos, sur le blog :

lire l’article

Caractéristiques techniques :

- Album M : 48 pages
- ISBN N° : 978-2-35319-022-5
- Format : 16 X 16 cm
- Prix : 9,90 €
- Date de parution : octobre 2008

M

Martin Jarrie : Les pieds sur terre, la tête dans les nuages

Martin Jarrie est un illustrateur qui n’en est pas vraiment un. Sa volonté artistique le porte vers la peinture, comme une évidence.
Il a été formé aux Beaux-Arts d’Angers, y a acquis une bonne technique de dessin qui l’a mené vers l’hyperréalisme alors à la mode. Puis il prend un virage artistique radical, choisit le pseudonyme de Martin Jarrie et se plonge dans la représentation plus sensible et personnelle qu’on lui connaît aujourd’hui. Il a débuté par l’image documentaire, la publicité et s’est naturellement imposé en tant qu’illustrateur. Il a publié par la suite, avec son nouveau style, de nombreux livres chez Nathan, Rue du monde, Thierry Magnier, Gallimard et beaucoup d’autres... Il réalise toujours des images publicitaires, des affiches, illustre des articles, des premières pages ou des dossiers pour Libération, Le Monde ou Télérama. On connaît bien son travail pour l’avoir forcément croisé ici ou là depuis plus de 15 ans. Malgré tout, on se trompe sur le cas de Martin Jarrie : ce n’est pas un illustrateur, c’est un peintre. Il suffit de pénétrer dans son univers pour s’en convaincre...

dépliez

Martin peint. Il utilise des acryliques et des pinceaux. Il peint en petit sur du papier, en grand sur des toiles, il découpe, il colle, il trace, il récupère, il assemble... souvent sur la palette ayant servi pour réaliser son image précédente. Il recouvre de pâte son support avec brutalité, laissant apparaître par endroits les couleurs chaotiques de la palette-sous-couche. Puis il pose délicatement son sujet dans le format de la page, le met en place, seul et centré ou bien en morceaux éclatés, éparpillés. Martin semble se laisser porter et pourtant il compose ses images comme une musique dont la partition doit toujours être impeccable. Son exigence vis-à-vis de lui-même est totale. L’image prendra le temps qu’il faut pour être propre à ses yeux. Il faut regarder ses peintures sans chercher forcément à comprendre, sans chercher forcément à lire. Car Martin Jarrie ne raconte pas, il propose. Il a été marqué par les peintres Giotto, Chirico, Arroyo ou Zakanitch. À son tour, il a su élaborer au fil du temps un vocabulaire graphique singulier, unique en son genre. Il a ainsi mis en place un univers onirique, étrange, parfois inquiétant, en prise directe avec ses états d’âme. Le sujet importe peu dans le fond car l’important est de le traduire et surtout de le peindre. Martin Jarrie est un terrien, il est originaire de la campagne et comme le jardinier, il sait cultiver son potager, s’appuie sur les semences précédentes, trouve de nouvelles pousses, de nouvelles saveurs... et comme par hasard, il aime peindre les fruits et les légumes ! Il développe des codes, des écritures et une symbolique qu’il n’a de cesse d’enrichir. Le chemin de Martin Jarrie est fait de patience, nourri par la vie, comme celui d’un véritable peintre.