L'ABéCéDaire - Editions L'Édune


QuelQUes PAges

P comme Blex Bolex P comme Blex Bolex P comme Blex Bolex

+d'infos, sur le blog :

lire l’article

Caractéristiques techniques :

- Album P : 48 pages
- ISBN N° : 978-2-35319-025-6
- Format : 16 X 16 cm
- Prix : 9,90 €
- Date de parution : octobre 2008

P

Blex Bolex : Drôles d’impressions

Blex Bolex est passé comme beaucoup d’autres, par une formation aux Beaux-Arts. Il a consécutivement travaillé comme vendeur de sandwiches, imprimeur de sérigraphies, il a été éditeur chez Cornélius, puis est devenu illustrateur pour la presse et l’édition.
Parallèlement, et de façon continue, Blex Bolex a toujours fabriqué des livres, véritables supports artistiques pour lui. Il dessine, peint, écrit ou réfléchit pour ça.
À l’origine, son père lui a transmis l’envie de dessiner. Il reproduisait à sa demande des couvertures de Tintin ou de Mickey. Le petit Bernard, encore loin d’être né sous son nom d’artiste, s’endormait en y pensant, et le lendemain, un dessin était là sur la table comme par magie ! C’est pour cette raison que Blex Bolex aime tant l’imprimerie : « Une machine fait le dessin pour toi, et c’est beau ! » Par la suite, il lit Hergé, puis plus tard, découvre Gary Panter, Charles Burns, David Sandlin, Richard McGuire, Willem, Franz Masereel, Georg Grosz, Basquiat, les constructivistes russes, Dada... du beau monde, en somme ! Blex Bolex aime l’art pariétal par-dessus tout et avoue un goût immodéré pour les boîtes d’allumettes du XIXe et début XXe siècle (surtout japonaises), les estampes populaires chinoises, ou encore l’Art Déco. Blex Bolex est un artiste cultivé, pointu, qui sait adapter son art aux lecteurs auxquels il s’adresse sans jamais altérer sa singularité.

dépliez

Sa première publication date de 1992, grâce à un ami qui l’a initié à l’imprimerie. Ce premier livre a plu à Jacques Noël, libraire d’Un Regard Moderne à Paris, qui a accepté de le vendre. Blex Bolex travaille généralement seul, mais il lui est arrivé de participer à des collectifs, notamment pour Le Dernier Cri, durant leur période parisienne de 1993 à 1995. Il collabore souvent avec de petites structures comme United Dead Artists ou CBO. L’édition indépendante répond parfaitement à son besoin de liberté. Depuis 2000, il illustre pour la jeunesse au Seuil, Nathan, Thierry Magnier ou Albin Michel... Cette nouvelle direction dans son travail l’a obligé à repenser son dessin en terme de clarté et de simplicité. Son expérience de la sérigraphie s’est avérée très utile pour solutionner bon nombre de problèmes liés à l’expression graphique. Son style très efficace peut rappeler la ligne claire et les illustrés des années 50, à la différence près que Blex Bolex ne cerne pas ou peu son dessin : il laisse les formes pleines et le rapport des teintes s’imposer d’eux-mêmes. Il utilise différentes techniques avec cohérence allant du trait à la peinture, en passant par l’outil numérique. En 2006, il publie « L’œil privé » chez les Requins Marteaux, premier véritable album de bandes dessinées pour lui. Toutes les possibilités du livre, de l’édition et de l’imprimé le passionnent. Depuis peu, Blex Bolex vit et travaille à Berlin, haut lieu de la culture alternative, toujours à la pointe de la création artistique. Hasard ?