L'ABéCéDaire - Editions L'Édune


QuelQUes PAges

WX comme Olivier Tallec WX comme Olivier Tallec WX comme Olivier Tallec

Caractéristiques techniques :

- Album WX : 48 pages
- ISBN N° : 978-2-35319-032-4
- Format : 16 X 16 cm
- Prix : 9,90 €
- Date de parution : décembre 2008

WX

Olivier Tallec : Les vertus du virtuose

Olivier Tallec est un brillant illustrateur. Il a su rapidement s’imposer dans les journaux et magazines les plus prestigieux, tels que Elle, Le Nouvel Observateur, Senso ou Libération, mais aussi se rendre indispensable à nombre d’éditeurs comme Rue du Monde, Gallimard, Flammarion ou encore Autrement. Après avoir terminé ses études à l’École Supérieure des Arts Appliqués Duperré à Paris, Olivier travaille comme graphiste mais se consacre très vite à l’illustration de manière exclusive. Comme il est virtuose, il travaille vite et bien et compte à son actif en un peu moins de dix ans d’exercice une cinquantaine d’ouvrages de genres très variés. Rien ne semble hors de portée pour lui. Aucune histoire, aucun projet, aucun thème, aucun support ne l’assèche. Cette force et cette capacité de production pourrait en d’autres cas rapidement lasser lecteurs et éditeurs, mais il n’en est rien le concernant car sous sa main la magie de ses images opère à chaque fois. Olivier Tallec, garçon à l’apparence tranquille et réservée est un illustrateur prolifique et affable.

dépliez

Comme les plus grands, le style d’Olivier Tallec est immédiatement identifiable car il est tenu avant tout par son dessin. Et quel dessin ! Olivier a su trouver très vite son trait, sa manière de représenter le monde. Ses personnages sont souvent fragiles, attachants, élégants dans leur forme graphique, et surtout vivants. Ses paysages sont à la fois simples et en même temps emplis d’une multitude de détails parfaitement ajustés sous de faux airs de facilité. Toute la force de cet illustrateur est là, dans la composition de ses images, la structure impeccable de son dessin. C’est ainsi qu’il raconte, qu’il partage ce que le texte lui évoque. Il dessine l’absolu nécessaire et s’en tient là. Ensuite, il ne reste qu’à peindre, poser les couleurs resserrées de sa palette acrylique. Olivier aime par-dessus tout le rouge. Un rouge vermillon, profond, qui peut lui servir parfois de sous-couche ou bien souvent s’imposer comme point d’appui de lecture dans ses illustrations. La pâte de ses peintures se lit sous les coups de pinceau, son trait de crayon est là, juste en dessous, à fleur… Olivier ne cherche pas la perfection de l’image bien terminée, bien faite. Il sait arrêter son geste exactement là où l’image sera la plus forte, même s’il reste un quart du dessin non colorié. C’est ce que d’aucuns pourraient appeler la maturité artistique, et que d’autres nommeraient une grande intelligence narrative. Car s’il n’écrit pas, Olivier n’en est pas moins auteur.